Un astronome sonde l'idée des lurkers ET

Agrandir l'image | L'astéroïde 2016 HO3 est un objet co-orbital, ou quasi-satellite. C'est un objet naturel dont l'orbite autour du soleil le maintient près de la Terre. Une nouvelle étude suggère que c’est la cachette idéale pour une sonde extraterrestre, ou «lurker». Image via NASA / JPL-Caltech / James Benford.

Pourrait-il y avoir des sondes extraterrestres "cachées" près de la Terre? C'est un scénario récemment exploré dans un nouvel article de James Benford de Microwave Sciences. L'idée est qu'un groupe d'astéroïdes co-orbitaux et rocheux près de la Terre - également connu sous le nom de quasi-satellites - serait l'endroit idéal pour masquer une sonde, afin de mener des observations de la Terre sans être détectées.

Le nouvel article de Benford examiné par des pairs et traitant de cette possibilité a été publié dans The Astronomical Journal le 20 septembre 2019 (preprint here).

Du papier:

Un groupe d'objets co-orbitaux proches récemment découverts constitue un lieu attrayant pour l'intelligence extraterrestre (ETI) afin de localiser une sonde permettant d'observer la Terre, sans être facilement visible. Ces objets proches de la Terre constituent un moyen idéal de regarder notre monde à partir d'un objet naturel sécurisé. Cela fournit aux ETI les ressources dont ils pourraient avoir besoin: du matériel, un ancrage solide, la dissimulation. Celles-ci ont été peu étudiées par l'astronomie et pas du tout par les observations SETI ou radar planétaires.

Benford poursuit dans son article en décrivant des objets co-orbitaux (ou quasi-satellites) trouvés jusqu'à présent et en proposant à la fois des observations passives et actives comme sites possibles pour les sondes ET.

Concept d'artiste de 2016 HO3, un astéroïde co-orbital près de la Terre. Image via Inverse.

Fondamentalement, il part du principe que ce groupe d'astéroïdes rocheux co-orbitaux récemment découverts près de la Terre - partageant une orbite similaire à celle de la Terre mais ne l'articulant pas autour de la Terre - serait un endroit idéal pour cacher une sonde extraterrestre. Du point de vue d'un astéroïde co-orbital, la civilisation extraterrestre pourrait recueillir des observations de la Terre tout en restant cachée.

C'est une idée intrigante. Non seulement ces astéroïdes permettraient de dissimuler la sonde, mais ils fourniraient également des matières premières (via une activité minière) et une énergie solaire constante, si la sonde en avait besoin.

Ces co-orbitales ont été peu étudiées par les astronomes jusqu'à présent, et pas du tout encore par les observations SETI ou par radar planétaire.

Benford appelle des sondes extraterrestres hypothétiques, cachées, inconnues et invisibles, appelées lurkers . En théorie, elles seraient robotiques, comme nos propres sondes robotisées envoyées pour explorer notre système solaire, mais sans doute beaucoup plus avancées. Il est possible qu'un lurker se trouve dans notre système solaire, se cachant sur l'un des astéroïdes co-orbitaux de la Terre, pendant des milliers ou des millions d'années, en train de regarder en silence.

Benford suggère que la recherche de spectateurs latéraux constituerait un nouveau type de SETI intéressant, qui s'est traditionnellement concentré sur la recherche de signaux radio artificiels ou de signaux lumineux provenant d'étoiles lointaines. Mais s'il y avait des sondes extraterrestres littéralement dans notre propre cour, nous pourrions aller les observer . Les scientifiques pourraient d’abord les rechercher dans le spectre électromagnétique des micro-ondes et de la lumière ou en utilisant un radar planétaire.

Pouvez-vous imaginer trouver une sonde extraterrestre dans notre propre cour? La scène du film épique de 1968 de Stanley Kubrick intitulé 2001: Une odyssée de l'espace - où les singes voient pour la première fois le monolithe noir - me vient à l'esprit:

Pour le moment, la meilleure cible à explorer pour les lurkers extraterrestres est l'astéroïde 2016 HO3, parfois appelé compagnon constant de la Terre ou astéroïde de compagnie de la Terre. C'est la co-orbitale la plus petite, la plus proche et la plus stable (connue). En effet, la Chine a annoncé son intention d'envoyer une sonde à HO3 2016, dans le cadre d'une mission de 10 ans qui sera lancée en 2024 ou après. Cet objet est très similaire aux petits astéroïdes ailleurs dans le système solaire. Selon l'astronome Vishnu Reddy:

Bien que HO3 soit proche de la Terre, sa petite taille - peut-être pas plus de 30 mètres - en fait une cible difficile à étudier. Nos observations montrent que HO3 tourne toutes les 28 minutes et est constitué de matériaux similaires aux astéroïdes.

Benford a également précédemment préconisé l'utilisation de ce qu'il appelle les balises Benford Beacons, de courtes rafales micro-ondes pour attirer l'attention, un peu comme des phares, ainsi que l'utilisation de puissants faisceaux électromagnétiques pour envoyer un vaisseau spatial léger - des voiles solaires - dans le système solaire pour une exploration interplanétaire.

La Terre n'est pas la seule planète à co-orbitales. Jupiter possède deux grands groupes d'astéroïdes co-orbitaux, les Troyens, qui le précèdent et le suivent dans son orbite. Image via Paul Weigert / Université Western / Gizmodo.

L'idée de lurker est intéressante. Cela concerne le fameux paradoxe de Fermi, qui pose la question où sont-ils? En d’autres termes, s’il existe dans notre galaxie des civilisations très avancées - technologiquement devant nous par des milliers, voire des millions d’années -, elles auraient alors pu / auraient dû s’étendre sur toute la galaxie et nous trouver maintenant. Lurkers pourrait être une forme de l'hypothèse sentinelle - telle que les sondes de Bracewell - qui, selon le nouvel article, suggère:

Si des civilisations extraterrestres avancées existent, elles pourraient placer des dispositifs de surveillance de l'IA sur ou à proximité des mondes d'autres espèces en évolution afin de suivre leurs progrès. Une telle sentinelle robotisée pourrait établir le contact avec une race en développement une fois que cette race avait atteint un certain seuil technologique, telle que la communication radio à grande échelle ou le vol interplanétaire. Une sonde située à proximité pourrait attendre son heure alors que notre civilisation développait une technologie capable de la trouver et, une fois contactée, pouvait engager une conversation en temps réel. En attendant, il aurait pu faire régulièrement rapport sur notre biosphère et notre civilisation pendant de longues périodes.

La recherche de lurkers est certainement spéculative et peut sembler être trop de la science-fiction au goût de certaines personnes. Mais sa logique est attrayante. Et maintenant, l'idée est publiée dans une grande revue à comité de lecture.

Le fait est que nous ne savons pas comment une civilisation extraterrestre penserait. C'est pourquoi, lorsqu'il s'agit de rechercher des preuves d'intelligence extraterrestre, plus on peut envisager de possibilités, mieux c'est!

Une nouvelle théorie suggère que les objets co-orbitaux ou quasi-satellites - des objets dont les orbites autour du soleil les maintiennent près de la Terre - seraient des cachettes idéales pour une sonde extraterrestre ou "lurker". Image via NASA / Inverse.

Conclusion: une nouvelle étude propose de rechercher des lurkers, des sondes extraterrestres qui pourraient se cacher parmi les astéroïdes rocheux co-orbitaux proches de la Terre.

Source: Looking for Lurkers: les co-orbiteurs comme observables SETI